4- CONTROL-TEST de l’utilité énergétique des forêts-jardins, aux sommets de collines et en plaine :

CRACHE-TEST” (quand une voiture m’enfume, car pas au GNV…!) :

Faites vite la différence… en pénétrant dans une forêt, côté au vent, glacial…, soufflant fort…, comme je viens de le faire par – 4°C cet après-midi.

Vous serez surpris(e) de découvrir qu’au bout d’environ 40 m de pénétration dedans : vous ne sentez plus le vent… (même en hiver, quand il n’y a pas de feuilles d’arbre !).

LA DIFFÉRENCE THERMIQUE, de confort gratuit EST !*!*!*!*! HAIE-NORME !*!*!*!*!

Les troncs et branches des arbres sont un vrai et très efficace (autant que naturel, sans effet de serre…) échangeur thermique amortisseur du froid et de la vitesse du vent !!!

On peut assimiler chaque arbre à la flamme d’une bougie vue en diffraction (à l’effet thermique similaire mais très atténué) où le tronc sombre et chaud fait remonter l’air froid autour de de son écorce en le réchauffant. En hiver le contraste est faible…, mais suffisant pour arrêter l’air froid si suffisamment d’arbres sont plantés assez rapproché les uns des autres et pour protéger une maison, au moins sur 35 m face au vent dominant.

A une autre échelle plus grande, une forêt est l’hiver comme une fourrure de poils d’un manteau.

L’effet est exactement à l’inverse l’été…,c’est l’humidité, produite par l’énorme surface d’échange du feuillage de chaque arbre, qui descend (air plus dense qu’en plein soleil) et ne peut être arrêté que par une terrasse “rizière” en creux… (v.dessins du blog https://greenjillaroo.wordpress.com – article 1, page principale)

Ainsi, pour qu’une propriété privative soit autarcique et valable, il faut qu’elle fasse partout forêt-jardin à talus très arborés (parcelles jardinées ou cultivées entre), avec les dimensions de 40 m des deux côtés, face aux principaux vents dominants, la maison implantée au centre en une clairière réduite.

Les vents dominants en Europe froids viennent du Nord-Est, alors que ceux chauds viennent du Sud-Est. Les éclaircies non boisées idéales auraient donc intérêt d’être à 90°, soit sur un axe du Nord-Ouest vers le Sud-Est pour que l’habitation de la propriété soit protégée par la forêt jardin et climatisée naturellement. En terrains très vallonnés, il faut tenir compte de la topographie générale des pente et des couloirs ainsi créés où le vent s’engouffre préférentiellement.

Ainsi, que les communes les mairies, les administrations, aient des règles beaucoup plus globales, moins rigides ou à imitation citadine (entreprise actuelle de “Démocratie Territoriale” au Sénat), et conviennent enfin qu’en terrain plat , toute propriété campagnarde devrait avoir 80 m x 80 m minimum, la maison au centre de la forêt-jardin (ce qu’on lui refuse pour question de réseaux trop chers (alors que l’eau peut être collectée entre buttes fermées, l’éolienne sur pylône cachée par des arbres les capteurs thermiques sur des pentes de buttes sud, terre à nu derrière, très proche, vite four exposée au soleil),  et pas en plein vent…, ni en plein soleil l’été !

Alors, l’économie d’énergie des maisons de campagnes devient optimale (je le dis aux architectes et aux urbanistes de service de la DDE à contraintes énormes pour justifier leurs erreurs dogmatiques, qui s’arrachent les cheveux pour éditer des lois administratives stupides concernant l’habitât rural, follement trop contingenté !).

Comprenons que si le climat devient plus “aux extrêmes” (trop chaud et trop froid en alternance) comme il semble s’orienter depuis une à deux décennies  (à cause des drains, des fossés évacuant l’eau trop rapidement et des crues entraînant derrière des sécheresses folles…, eaux et humus pas systématiquement retenus, avec pour conséquences des changements de vecteurs parasitaires des épidémies par moustiques et élevages intensifs fragilisés, non naturels et propagation aérienne des virus plus plaquées au sol par l’air trop chaud en tempête…), ces études d’implantations de maisons ou de petits lotissements entourés de buttes arborées seront importantes. Une butte arboré de 1,50 m de haut a l’avantage de protéger des vents dominants, mais elle ne suffit pas entièrement (testé 25 ans à Gif-Chevry en Essonne, sur un plateau très venteux en région parisienne).

AUTONOMIE ÉNERGÉTIQUE EN CAMPAGNE, C’EST POSSIBLE !

De même que, pour favoriser une vie normale à la campagne, il faudrait que toute ferme et habitation dispose d’un digesteur individuel pour fabriquer son propre combustible, de la chaleur pour le digesteur et chauffer la maison (ou les bâtiments de ferme), et de l’électricité grâce à la cogénération avec une petite turbine et un alternateur, le tout au rendement acceptable d’au moins 70%.

Au départ de l’installation, ou en période de début hivernal nécessitant un appoint de lisier, les habitations dispersées pourraient demander aux éleveurs du coin, un peu de leur lisier “en trop” à un prix raisonnable.

Alors, pour toute activité campagnarde, tout déplacement d’auto ou d’engin au BIOGAZ méthane dit GNV, comme actuellement testé en Finlande et en Allemagne (en avance sur la France côté “vert”), le problème des transports en milieu rural ne serait plus qu’un mauvais souvenir, les paysans/éleveurs/cultivateurs à nouveau diversifiés en multi-tâche cool, leur assurant un revenu confortable, pas comme maintenant, leurs enfants pas éduqués, par manque d’argent, ou obligés de fuir en viles villes !

Une stupidité énorme car toute vie devrait être familiale à la campagne avant même d’envisager des études statiques, pas assez vitales saines et diversifiées, heureuse de se sentir bien dans sa peau ! Grave pour les générations futures, déjà pleines d’handicapé faits sans assez d’amour du couple, sans préparation créatrice et convictions positives avant l’acte, en une courte cérémonie !

BILAN SOCIOLOGIQUE et D’EMPLOI

Il sera reconnu important de conduire rapidement tous nos jeunes à réinvestir la nature, la vie en plein air, copieusement bougée, saine et manuelle, sportive, diversifiée  de cette BRILLANTE MANIÈRE ! En vie diversifiée, plus tant à activité unique, monopolistique, productiviste ou spécialisée de trop et ensuite au chômage !

Il y a urgence…, vu les pertes d’emploi, les maladies cardio-vasculaire à excès de stress par sédentarité et obligation de se déplacer en voiture tout le temps pour aller travailler (mal en viles villes, toutes embouteillées très vite et polluées).

Le chômage accru des révoltés des indignés…., le peu de santé et de forme physique des jeunes actuels, de sélection naturelle par ce biais essentiel…,  nous interpelle  massivement pour reconsidérer totalement des pans entiers de notre “société” actuelle…, même et SURTOUT en pays arides !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s